Parentalité

Pourquoi lire des histoires ?

Publié par le Oct 18, 2017 dans Apprentissage, La bibli d'Emilie, Parentalité, Quotidien | Aucun commentaire

Pourquoi lire des histoires ?

Avec une amie Emilie, nous avons mis en place un projet autour de la lecture en famille, la  sélection se fera autour de thèmes choisis. Ce projet s’appelle la Bibli d’Emilie. Pour recevoir la sélection des livres par thème, rien de plus simple : il suffit de laisser votre meilleure adresse email afin de recevoir cela directement chez vous. Pour cela, voici la page pour vous inscrire : http://nouveaux-parents.fr/recevoir-la-bibli-emilie/ Alors, pourquoi lire ? Voici 14 raisons de lire…   Lire pour la stimulation des sens L’enfant regarde, touche, écoute en même temps. La lecture stimule son audition et sa vision par le lien image/ mot.   Lire pour le travail de la motricité fine Le très jeune enfant va commencer par mordiller les livres, puis apprend à tourner les pages, à soulever les languettes ou les rabats, à coordonner son œil et sa main.   Lire pour la capacité d’écoute La capacité à soutenir son attention est un préalable à tous les apprentissages.   Lire pour le développement de la curiosité La lecture est propice aux apprentissages, à la découverte (dès le plus jeune âge avec des imagiers ou des abécédaires), à l’acquisition de nouvelles connaissances.   Pour les interactions avec les adultes La lecture est une situation propice au bien-être et au calme, c’est une situation dans laquelle l’adulte (et notamment le parent) accorde du temps à l’enfant, favorise son « sentiment d’importance ». La lecture de certains livres peut aussi être un bon moment de rigolade.   Lire pour le développement du langage et du vocabulaire Le niveau de vocabulaire d’un enfant peut être l’indice de la réussite scolaire. Les livres peuvent être des compagnons de ce chemin.   Lire pour la compréhension des récits La familiarisation des enfants le plus tôt possible avec la structure d’une histoire (début, aventures, fin, présence de connecteurs logiques et temporels, concordance des temps) leur permettent de raconter eux-mêmes des événements ou des histoires de manière logique et chronologique.   Lire pour l’éveil à l’écrit ou la « littératie » L’exposition des enfants en bas âge aux livres favorise leur apprentissage de la lecture et de l’écriture car ils comprennent que les mots imprimés dans le livre sont les mots dits à l’oral.   Lire pour le développement de l’imagination et de la créativité L’enfant créatif se sent moins dépourvu devant les imprévus de la vie .   Lire pour la connaissance de soi Les contes permettent aux enfants de reconnaître leurs émotions, de les nommer, de les comprendre et d’affronter leurs difficultés. L’enfant s’identifie aux personnages et se rend compte que ceux-ci éprouvent les mêmes sentiments que lui (la joie, la colère, la jalousie, la peur…). L’enfant se sent alors normal, il intègre le fait que ses émotions, ses fantasmes ne sont pas monstrueux. Quand le héros gagne à la fin, c’est aussi la victoire de l’enfant qui s’est identifié. Les contes contribuent à diminuer les peurs.   Lire pour l’inspiration Les livres permettent d’exposer les enfants à de belles et grandes idées qui serviront de matière noble pour bâtir sa propre vie. Les beaux livres, bien rédigés et écrits par des auteurs passionnées laissent de petits impacts positifs et agréables sur l’esprit des enfants.   Lire pour servir de médiateurs et faire passer des messages Les livres vont parfois aider les adultes à faire passer des messages aux enfants, que ce soient des messages à portée philosophique (comme l’altruisme, la sensibilisation à l’écologie…) ou à portée plus terre à terre du quotidien (comme le brossage de dents, les disputes entre frères et sœurs…).   Lire pour la valeur thérapeutique de certains contes Les contes...

Lire Plus

La coach attitude auprès de ses enfants !

Publié par le Oct 16, 2017 dans Apprentissage, neurosciences, Parentalité, Quotidien | Aucun commentaire

La coach attitude auprès de ses enfants !

Quelle est la coach attitude à avoir avec son/ses enfant(s) ? Quels sont les éléments qui favorisent l’environnement propice pour l’expression du plein potentiel de son enfant ? Que peuvent mettre en place les parents pour aller vers plus de confiance en soi, un cadre bienveillant et soutenant, etc. ?   Aujourd’hui, David Lefrançois nous apporte son regard sur la coach attitude auprès de son enfant au travers d’une entrevue accordée sur le sujet. C’est la deuxième entrevue sur une série de 3 vidéos. Suivez-moi sur YouTube   Je vous invite à visionner la vidéo précédente sur les neurosciences appliquées aux apprentissages : http://nouveaux-parents.fr/neurosciences-et-apprentissages/ Vous pouvez retrouver David sur son site www.david-lefrancois.com   Qu’en pensez-vous ? Avez-vous certains points présents dans votre quotidien ? Qu’aimeriez-vous mettre en place dès maintenant ?...

Lire Plus

Les neurosciences au service des apprentissages

Publié par le Oct 9, 2017 dans Apprentissage, neurosciences, Parentalité, Quotidien | Aucun commentaire

Les neurosciences au service des apprentissages

Il est maintenant prouvé qu’allier les neurosciences et les apprentissages est un atout d’efficacité et d’optimisation. En plus de ces aspects de performance, le fait de comprendre comment fonctionne le cerveau humain et quels sont les axes à privilégier ou à éviter permettent d’offrir un environnement riche, soutenant et bienveillant à nos enfants afin qu’ils puissent exprimer leur plein potentiel. En ce sens, j’ai voulu poser quelques questions à David Lefrançois, coach, formateur, auteur de plusieurs ouvrages, conférencier et chercheur en neurosciences. Voici la première partie d’une série de 3 entrevues avec David. Au delà de son expertise, David a ce don de rendre accessible des notions au travers d’exemples concrets. Cela permet de mettre en application des notions importantes de suite auprès des enfants.   Suivez-moi sur YouTube     David Lefrançois nous donne certains principes permettant d’améliorer les apprentissages à travers les neurosciences. Car au delà des formules, des approches et des théories, il existe des principes qui permettent de concilier tous les courants autour de l’apprentissage. 1er principe : Aimer ce que l’on apprend 2ème principe : Donner du sens à ce que l’on apprend 3ème principe : Laisser un temps d’intégration et répéter dans le temps 4ème principe : Intégrer le mouvement dans les apprentissages Les deux premiers principes peuvent être résumés par la citation suivante de André Stern : “Le cerveau se développe comme un muscle là où l’enfant l’utilise avec enthousiasme. “       Le 3ème principe permet l’encodage optimale de l’information et une meilleure mémorisation. Le 4ème principe s’appuie sur le mouvement. En effet, le mouvement permet de solliciter le cervelet qui a un rôle très important dans les apprentissages notamment en facilitant les échanges entre la partie droite et la partie gauche du cerveau. Dans une prochaine vidéo, David nous donnera les grandes lignes pour avoir une “coach attitude” auprès de nos enfants.     Vous pouvez retrouver David sur son site www.david-lefrancois.com   Que pensez-vous mettre en place dès maintenant avec vos enfants...

Lire Plus

Dépliants anti-stéréotypes

Publié par le Sep 25, 2017 dans Parentalité, Quotidien | Aucun commentaire

Dépliants anti-stéréotypes

J’ai vu passer sur les réseaux sociaux l’information d’une maman qui a mis en place des dépliants anti stéréotypes de genre pour permettre aux enfants (filles et garçons) de se sentir bien quels que soient leurs choix et de se libérer de ces dogmes. Je trouve cela super chouette, ludique, pertinent et utile. Avant de vous donner le lien vers des dépliants téléchargeables et imprimables librement, je voudrais partager avec vous mon vécu de maman. Il y a plus de 10 ans maintenant, quand mon fils aîné était petit (il devait avoir 3-4 ans), il adorait la couleur rose. C’était vraiment une de ses couleurs préférées et en voulait partout. A l’époque, je n’avais pas encore intégré certains points dans l’ouverture de cœur et de conscience, les discussions  et l’ouverture d’esprit concernant les stéréotypes étaient sans doute marginales… ou peut-être simplement je n’en étais pas consciente ou je ne le voyais pas. Bref, jeune maman que j’étais, je me posais beaucoup de question sur cet aspect là. Maintenant que j’y repense, je trouve cela tellement léger et naturel… à l’époque, cela ne l’était absolument pas ! Et même si je voulais accueillir mon enfant tel qu’il était, avec ses choix et ses préférences, cet attrait pour le rose me mettait mal à l’aise. En toute franchise, c’était surtout par rapport au regard extérieur et notamment au sein du jardin d’enfant. Comment allait-il être perçu ? Bizarre comme réaction alors que dans mon entourage j’ai toujours eu de très bon(ne)s ami(e)s homosexuel(le)s que je respecte profondément… en toute franchise, je ne savais pas trop ce qui se jouait en moi. Toujours est-il que ce fut une période très riche dans la réflexion menée autour de ce thème ! Je me souviens que nous avions trouvé une société américaine qui permettait de customiser entièrement les chaussures des enfants (chaussures à semelles souples qui plus est) et nous avons ainsi pu mettre des bandes roses aux chaussures de mon fils pour son plus grand plaisir. Nous avons également pu prouver des t shirt pour garçons avec du rose (c’était encore assez rare)… bref, la période du rose a pu ainsi se dérouler tranquillement. Mon plus jeune, quant à lui, c’est le vernis et le maquillage qui l’attirent (sans doute le fait d’être le modèle de sa sœur) et il a les cheveux longs. Avec son magnifique visage, les personnes le prennent très facilement pour une fille (juste par le fait d’avoir des cheveux longs)… et cela ne le dérange absolument pas. J’aime le regarder évoluer librement dans ce domaine et voir en lui le côté “masculin” côtoyé par moment une recherche d’esthétisme, un côté plus “féminin”. Bref, maintenant c’est un sujet avec lequel je suis très à l’aise mais cela n’a pas toujours été le cas. Je pense que j’aurais apprécié à l’époque d’avoir ces dépliants comme supports afin d’ouvrir la discussion et de permettre à chacun de se sentir confortable et serein. Vous pouvez trouver les dépliants sur le blog Maman, Rodarde Il y a la version imprimable pour les petits garçons et pour les petites filles et ici.   Et vous, avez-vous des enfants qui aiment sortir des stéréotypes de genre ? Comment aborder vous le sujet avec eux...

Lire Plus

Portrait de famille pratiquant l’instruction en famille

Publié par le Sep 18, 2017 dans Apprentissage, Parentalité, Quotidien | 2 commentaires

Portrait de famille pratiquant l’instruction en famille

A l’occasion de la Journée Internationale pour la Liberté d’Instruction (JIPLI) qui se déroule tous les ans le 15 septembre, je vous présente des portraits de famille pratiquant l’IEF (Instruction En Famille).   J’ai cet élan car le sujet est très intéressant et beaucoup de questions sont posées autour de la mise en pratique de cette alternative à l’école. Il est important de se souvenir que ce n’est pas l’école qui est obligatoire mais bien l’instruction ! Je mets donc en ligne 6 portraits de mamans pratiquant l’IEF (les papas n’ont pas voulu se prêter à l’exercice… je garde bien l’espoir d’en convaincre bientôt). Des portraits de mère qui donnent une vision sans doute plus large de ce que peut être l’Instruction en Famille. Chaque famille est différente, chaque expérience de l’IEF est différente… ceci dit, ces 6 portraits donnent un panel déjà conséquent pour, je l’espère, vous donner une image plus vivante et réelle de cette alternative. Voici donc le portrait de Dali maman de 4 enfants dont 2 enfants actuellement en instruction en famille.   Suivez-moi sur YouTube   Vous pouvez retrouver Dali et sa binôme Victorine en proposant Parents enjoués, www.agirpournosenfants.fr Dali fait partie de l’équipe du magazine Grandir Autrement grandirautrement.com, ainsi que les éditions Le Hêtre Myriadis http://lehetremyriadis.fr   Voici l’entrevue de Marie, maman de 3 enfants tous instruits en famille.   Suivez-moi sur YouTube   Voici l’entrevue de Guylaine, maman d’un enfant instruit en famille.   Suivez-moi sur YouTube   Vous pouvez retrouver Guylaine sur son site : www.alilobul.com   Voici l’entrevue de Sam, maman de 5 enfants dont 2 en instructions en famille.   Suivez-moi sur YouTube   Voici l’entrevue de Cristel maman de 4 enfants dont 2 enfants instruits en famille.   Suivez-moi sur YouTube   Voici l’entrevue de Yaël maman de 2 adolescents instruits en famille.   Suivez-moi sur YouTube   Je vous invite à lire l’article sur les apprentissages autonomes à travers l’entrevue de Clara Bellar pour son film Etre et Devenir J’espère que toutes ces entrevues et ces témoignages vous donnent des pistes de réflexions et des réponses… merci de laisser en commentaires vos impressions, ressentis, témoignages,...

Lire Plus

Le portage d’un enfant gardé…

Publié par le Sep 11, 2017 dans Parentalité, portage, Quotidien, Twitter | Aucun commentaire

Le portage d’un enfant gardé…

De tout temps et à travers le monde, les bébés ont été portés par les adultes qui en avaient la charge. Le portage permettait aux adultes de garder un œil sur l’enfant et de continuer à vaquer à leur occupations tout en répondant aux besoins des bébés dont celui de chaleur, de nourriture, de contact, etc.. En résumé, la pratique de portage, différentes parfois selon le climat, les activités humaines, l’environnement des populations, est universelle et a participé à la permanence de l’espèce humaine. Qu’en est-il dans nos sociétés et qu’en est-il dans le cas concret d’enfants confiés à des assistantes maternelles ou autres structures d’accueil ?     Le portage dans des situations de garde d’enfants. Les enfants confiés à des assistantes maternelles ou des familles d’accueil ont pu avoir l’habitude d’être portés précédemment par les adultes en charge (soit les parents biologiques soit d’autres adultes auprès de qui l’enfant a été confié). Les parents qui confient leur enfant peuvent alors avoir à cœur à ce que le portage soit pratiqué en leur absence et ainsi participer à la continuité des soins apportés à l’enfant. En parallèle, le choix de porter l’enfant peut être à l’initiative de la personne qui se voit confier le bébé et ce même si l’enfant n’a pas été porté précédemment. L’adulte pourra alors proposer aux parents de porter leur enfant pendant la période durant laquelle l’enfant est gardé. Cela peut être en lien avec une pratique familière des parents ou de l’assistante maternelle (par tradition culturelle ou par sa propre expérience personnelle) ou à un choix réfléchi en la matière comme, dans le cas d’une assistante maternelle, à une expérience positive de garde d’enfant avec le portage. Dans tous les cas, ce choix est de plus en plus envisagé dans les structures d’accueil et est intéressant à plusieurs niveaux.     Avantages du portage dans le cadre d’une garde d’enfant. En tout premier lieu, le bénéfice se situe au niveau de la période d’adaptation. Le portage permet à l’enfant confié et à l’adulte qui en a la charge de pouvoir se familiariser et s’apprivoiser mutuellement. Cela peut permettre à l’enfant d’accepter plus facilement d’être gardé par une personne qu’il ne connaissait pas quelques temps plus tôt. Il faut bien avouer que la période d’adaptation est une période parfois délicate aussi bien pour l’enfant, pour les parents que pour l’assistante maternelle (ou la famille d’accueil). Tout est nouveau pour l’enfant : la personne en charge, le lieu d’accueil, le rythme, la façon de dormir, la façon de manger, les habitudes diverses et variées. Par le portage, l’enfant est rassuré, contenu, en contact avec un autre être humain, etc. et cela participe à diminuer le stress de la nouveauté. Un enfant, ayant l’habitude d’être porté, peut alors retrouver pratique familière, parfois même une odeur connue dans le cas d’un porte-bébé utilisé également à la maison. Il est aussi intéressant de considérer le portage comme un outil facilitant le quotidien de la personne en charge de l’enfant. En effet, le portage permet à l’adulte de continuer à vaquer à ses occupations tout en ayant un œil sur ce petit être… Pour une personne en charge de plusieurs enfants, le portage permettra également de porter un enfant en demande, grognon, fatigué, tout en s’occupant d’un autre enfant. Le portage permet aussi une certaine autonomie de l’enfant. Cela peut paraître paradoxal ; néanmoins, force est de constater qu’un enfant porté participe à ce qui l’entoure : il observe l’activité de l’adulte et des autres enfants, il interagit avec son environnement par ses vocalises, ses sourires et il acquière les codes sociaux par...

Lire Plus