Le portage d’un enfant gardé…

Le portage d’un enfant gardé…

De tout temps et à travers le monde, les bébés ont été portés par les adultes qui en avaient la charge. Le portage permettait aux adultes de garder un œil sur l’enfant et de continuer à vaquer à leur occupations tout en répondant aux besoins des bébés dont celui de chaleur, de nourriture, de contact, etc..

En résumé, la pratique de portage, différentes parfois selon le climat, les activités humaines, l’environnement des populations, est universelle et a participé à la permanence de l’espèce humaine.

Qu’en est-il dans nos sociétés et qu’en est-il dans le cas concret d’enfants confiés à des assistantes maternelles ou autres structures d’accueil ?


Le portage dans des situations de garde d’enfants.

Les enfants confiés à des assistantes maternelles ou des familles d’accueil ont pu avoir l’habitude d’être portés précédemment par les adultes en charge (soit les parents biologiques soit d’autres adultes auprès de qui l’enfant a été confié).

Les parents qui confient leur enfant peuvent alors avoir à cœur à ce que le portage soit pratiqué en leur absence et ainsi participer à la continuité des soins apportés à l’enfant.

En parallèle, le choix de porter l’enfant peut être à l’initiative de la personne qui se voit confier le bébé et ce même si l’enfant n’a pas été porté précédemment. L’adulte pourra alors proposer aux parents de porter leur enfant pendant la période durant laquelle l’enfant est gardé.

Cela peut être en lien avec une pratique familière des parents ou de l’assistante maternelle (par tradition culturelle ou par sa propre expérience personnelle) ou à un choix réfléchi en la matière comme, dans le cas d’une assistante maternelle, à une expérience positive de garde d’enfant avec le portage.

Dans tous les cas, ce choix est de plus en plus envisagé dans les structures d’accueil et est intéressant à plusieurs niveaux.


Avantages du portage dans le cadre d’une garde d’enfant.

En tout premier lieu, le bénéfice se situe au niveau de la période d’adaptation.
Le portage permet à l’enfant confié et à l’adulte qui en a la charge de pouvoir se familiariser et s’apprivoiser mutuellement.
Cela peut permettre à l’enfant d’accepter plus facilement d’être gardé par une personne qu’il ne connaissait pas quelques temps plus tôt.

Il faut bien avouer que la période d’adaptation est une période parfois délicate aussi bien pour l’enfant, pour les parents que pour l’assistante maternelle (ou la famille d’accueil).

Tout est nouveau pour l’enfant : la personne en charge, le lieu d’accueil, le rythme, la façon de dormir, la façon de manger, les habitudes diverses et variées.


Par le portage, l’enfant est rassuré, contenu, en contact avec un autre être humain, etc. et cela participe à diminuer le stress de la nouveauté.

Un enfant, ayant l’habitude d’être porté, peut alors retrouver pratique familière, parfois même une odeur connue dans le cas d’un porte-bébé utilisé également à la maison.

Il est aussi intéressant de considérer le portage comme un outil facilitant le quotidien de la personne en charge de l’enfant.

En effet, le portage permet à l’adulte de continuer à vaquer à ses occupations tout en ayant un œil sur ce petit être…
Pour une personne en charge de plusieurs enfants, le portage permettra également de porter un enfant en demande, grognon, fatigué, tout en s’occupant d’un autre enfant.

Le portage permet aussi une certaine autonomie de l’enfant.

Cela peut paraître paradoxal ; néanmoins, force est de constater qu’un enfant porté participe à ce qui l’entoure : il observe l’activité de l’adulte et des autres enfants, il interagit avec son environnement par ses vocalises, ses sourires et il acquière les codes sociaux par mimétisme. Rassuré, il sera d’autant plus enclin à aller vers les autres et à explorer le monde.


En pratique…

Envisager le portage dans le cadre de la garde d’un enfant peut soulever certaines questions voire des appréhensions.

Ouvrir une discussion sur le sujet peut apaiser certaines craintes et permettra à chacun de se sentir à l’aise avec cette possibilité.

Une des plus fréquentes réticences porte sur des raisons affectives ou d’intimité.

Certains parents peuvent craindre que leur enfant tisse un lien trop fort avec la personne qui en aura la garde.

Cette crainte du lien peut aussi être présent pour la personne qui se voit confier la garde de l’enfant.

Notre société préconise le maternage distal en mettant une distance dès les premiers temps avec l’enfant et la proximité est souvent réservée aux seuls parents et les professionnels peuvent craindre d’établir un lien trop profond avec l’enfant.

Une discussion ouverte et bienveillante permettra à chaque partie de s’exprimer, d’entendre les arguments des uns et des autres et de pouvoir apaiser certaines craintes.
Ce qui peut être alors rassurant est de savoir que l’enfant fait parfaitement la différence entre son lien établi avec ses parents et celui avec l’assistante maternelle ou l’adulte en charge.

Par ailleurs, un enfant gardé plusieurs jours par semaine va d’une façon ou d’une autre s’attacher à l’adulte référent (cela relève d’un besoin vital d’attachement) et il est alors important que ce lien soit le plus sécure possible pour l’enfant et que les relations entre l’enfant et l’adulte soient les plus sereines et positives possibles.

Quelle joie pour un parent de retrouver son enfant en fin de journée serein, content et détendu !
Quelle valorisation pour un professionnel de constater qu’il peut pleinement répondre aux besoins de l’enfant qui lui est confié tout en s’occupant d’éventuels autres enfants, quel bonheur de constater que l’enfant est heureux et épanoui !

Les réticences peuvent également être liées à la crainte de la technique de portage et ou la crainte de douleurs dorsales de l’adulte.
Pour la personne en charge d’un enfant et dont le portage est une pratique nouvelle, les informations de la famille, les indications sur le portage physiologique peuvent être nécessaires.
Il pourra être intéressant de suivre un atelier de portage proposé par des monitrices formées afin de se sentir à l’aise avec et ainsi prendre ses marques plus aisément.

Il existe toutes sortes d’associations, de structures, de monitrices diplômées prêtes à accompagner les adultes.

Il existe une très grande variété de porte-bébé physiologique et de nœuds et un atelier de portage permettra à l’adulte de choisir de façon éclairée le mode de portage en fonction de ses besoins.

Le portage physiologique permet à l’adulte de préserver son dos par un portage respectueux du porteur tout en soutenant le développement harmonieux de l’enfant.

A noter qu’un enfant peut avoir besoin d’un temps d’adaptation en ce qui concerne le portage et ce d’autant plus s’il n’est pas habitué à être porter.

Cela peut passer par des étapes intermédiaires comme tout simplement le portage à bras, puis l’utilisation d’une étole ou d’un porte-bébé peu serré pour enfin arriver doucement à un portage physiologique et près du corps.

En résumé, le portage en structure d’accueil est véritablement un outil formidable pour répondre aux besoins de l’enfant, faciliter certaines périodes notamment la période d’adaptation tout en redonnant une certaine liberté de mouvement à l’adulte et lui facilitant son travail au quotidien.



Je propose un accompagnement auprès du personnel des structures d’accueil afin d’envisager sereinement la mise en place du portage auprès des jeunes enfants dont ils ont la charge.

Pour les parents, je propose des ateliers en présentiel et en ligne autour du portage.

Pour plus d’informations, vous pouvez cliquer ici

Laisser un commentaire

*

Fermer le menu
Share This