Twitter

Le portage d’un enfant gardé…

Publié par le Sep 11, 2017 dans Parentalité, portage, Quotidien, Twitter | Aucun commentaire

Le portage d’un enfant gardé…

De tout temps et à travers le monde, les bébés ont été portés par les adultes qui en avaient la charge. Le portage permettait aux adultes de garder un œil sur l’enfant et de continuer à vaquer à leur occupations tout en répondant aux besoins des bébés dont celui de chaleur, de nourriture, de contact, etc.. En résumé, la pratique de portage, différentes parfois selon le climat, les activités humaines, l’environnement des populations, est universelle et a participé à la permanence de l’espèce humaine. Qu’en est-il dans nos sociétés et qu’en est-il dans le cas concret d’enfants confiés à des assistantes maternelles ou autres structures d’accueil ?     Le portage dans des situations de garde d’enfants. Les enfants confiés à des assistantes maternelles ou des familles d’accueil ont pu avoir l’habitude d’être portés précédemment par les adultes en charge (soit les parents biologiques soit d’autres adultes auprès de qui l’enfant a été confié). Les parents qui confient leur enfant peuvent alors avoir à cœur à ce que le portage soit pratiqué en leur absence et ainsi participer à la continuité des soins apportés à l’enfant. En parallèle, le choix de porter l’enfant peut être à l’initiative de la personne qui se voit confier le bébé et ce même si l’enfant n’a pas été porté précédemment. L’adulte pourra alors proposer aux parents de porter leur enfant pendant la période durant laquelle l’enfant est gardé. Cela peut être en lien avec une pratique familière des parents ou de l’assistante maternelle (par tradition culturelle ou par sa propre expérience personnelle) ou à un choix réfléchi en la matière comme, dans le cas d’une assistante maternelle, à une expérience positive de garde d’enfant avec le portage. Dans tous les cas, ce choix est de plus en plus envisagé dans les structures d’accueil et est intéressant à plusieurs niveaux.     Avantages du portage dans le cadre d’une garde d’enfant. En tout premier lieu, le bénéfice se situe au niveau de la période d’adaptation. Le portage permet à l’enfant confié et à l’adulte qui en a la charge de pouvoir se familiariser et s’apprivoiser mutuellement. Cela peut permettre à l’enfant d’accepter plus facilement d’être gardé par une personne qu’il ne connaissait pas quelques temps plus tôt. Il faut bien avouer que la période d’adaptation est une période parfois délicate aussi bien pour l’enfant, pour les parents que pour l’assistante maternelle (ou la famille d’accueil). Tout est nouveau pour l’enfant : la personne en charge, le lieu d’accueil, le rythme, la façon de dormir, la façon de manger, les habitudes diverses et variées. Par le portage, l’enfant est rassuré, contenu, en contact avec un autre être humain, etc. et cela participe à diminuer le stress de la nouveauté. Un enfant, ayant l’habitude d’être porté, peut alors retrouver pratique familière, parfois même une odeur connue dans le cas d’un porte-bébé utilisé également à la maison. Il est aussi intéressant de considérer le portage comme un outil facilitant le quotidien de la personne en charge de l’enfant. En effet, le portage permet à l’adulte de continuer à vaquer à ses occupations tout en ayant un œil sur ce petit être… Pour une personne en charge de plusieurs enfants, le portage permettra également de porter un enfant en demande, grognon, fatigué, tout en s’occupant d’un autre enfant. Le portage permet aussi une certaine autonomie de l’enfant. Cela peut paraître paradoxal ; néanmoins, force est de constater qu’un enfant porté participe à ce qui l’entoure : il observe l’activité de l’adulte et des autres enfants, il interagit avec son environnement par ses vocalises, ses sourires et il acquière les codes sociaux par...

Lire Plus

La rentrée ? … et si nous prenions le temps

Publié par le Sep 4, 2017 dans Parentalité, Quotidien, Twitter | Aucun commentaire

La rentrée ? … et si nous prenions le temps

Voilà, c’est le temps de la rentrée ! Un cocktail d’excitation, de nervosité, d’enthousiasme, de suspense, de stress et en même temps, une nouvelle page qui s’ouvre dans la vie de votre enfant, et dans la vôtre également. Et si dans ce temps où tout s’accélère, où tout s’agite, nous prenions le temps ? Et si nous prenions le temps en conscience afin de faire face à cette course contre le temps qui est souvent associée à la rentrée ?   Prendre du temps après de son enfant La rentrée est potentiellement une période d’appréhension, d’impatience, parfois de doutes, de crainte, etc. Je dois avouer que je rencontre de plus en plus d’enfants scolarisés en proie à de grosses appréhension envers la reprise du chemin de l’école. Les parents sont souvent désemparés face à cela. Une des suggestions possibles pour adoucir cette période est de prendre le temps auprès de son enfant à écouter et accueillir les émotions ressenties, les maux et les mots exprimés. Les accueillir, les nommer, quitte à aider votre enfant dans ce sens car souvent il est difficile de mettre des mots sur ce qu’on ressent et les petits enfants ont fréquemment besoin d’un peu d’aide pour faire ce chemin vers soi. Une fois les émotions, les craintes, les appréhensions accueillies et nommées, l’enfant gagnera à se souvenir des moments joyeux de l’année précédente. Parfois l’enfant aura du mal à voir le joyeux, tellement il est submergé par sa peine. Le parent peut alors l’aider à se rappeler d’un détail, d’un moment précis… cela peut être un moment avec ses copains, la joie de rendre un travail dont l’enfant est fier, une sortie de classe intéressante, une activité ou une matière qui plait, etc. Même si ce n’est qu’un minuscule moment c’est important de le souligner, d’y rattacher toutes les émotions positives en lien, d’y mettre toutes les sensations ressenties à travers tous les sens (olfactif, visuel, auditif, kinésique, etc.) et d’augmenter au maximum les ressentis pour mettre l’enfant dans cette énergie de joie.   Utiliser l’ancrage positif Tout le monde connaît les ancrages négatifs : on se fait mordre par un chien et dès lors, lorsqu’on entend un chien aboyer, tout notre corps revit les mêmes émotions et les même sensations que lors de l’agression. Il est tout à fait possible de créer des ancrages positifs. C’est super puissant ! Comment procéder ? Rien de plus simple et cela peut venir renforcer l’exercice précédent de souvenir passé. Une fois que l’enfant est pleinement dans l’émotion, vous pouvez ancrer ce moment en utilisant un objet comme une bille, un marron tout doux, une cordelette, etc. L’enfant touche l’objet en pensant à ce moment ressourçant et joyeux et le parent peut lui dire que chaque fois qu’il touchera cet objet, il pourra facilement retrouver ce souvenir et toutes les émotions et sensations positives qui y sont rattachées.   La météo du jour Vous pouvez, lors des premiers jours de la rentrée, prendre un temps avant de partir ou le soir en rentrant pour prendre connaissance de l’état émotionnel de l’enfant et lui permettre de l’exprimer. Même quelques petites minutes peuvent faire toute la différence.   Les joies du jour Là, c’est le moment de gratitude par excellence. Cela peut être avant de s’endormir ou à un moment de partage familial. Exprimer au moins trois choses qui nous on fait plaisir dans la journée. Parfois, les premières fois, il peut nécessaire que vous vous jetiez à l’eau et que vous lanciez la discussion avant que votre enfant prenne le relais… par la suite, vous serez souvent agréablement...

Lire Plus

Un bébé parfait ?

Publié par le Juil 24, 2017 dans Allaitement, Naissance, Parentalité, Quotidien, Twitter | Aucun commentaire

Un bébé parfait ?

Je vous partage un article d’une amie et collègue Virginie Lespingal. D’ailleurs, si vous voulez voir mon entrevue à son sujet, c’est par ici !   Bébé parfait… C’est le vôtre ? Quelle chance ! Ou bien êtes-vous persuadés que cette perle habite seulement chez vos voisins, vos amis, vos cousins ? Cela reste à voir. Bébé est né et il a, a priori, tout ce qu’il faut : une tête adorable, de toutes mignonnes mains, des petons à croquer, bref il est parfait. Sauf que… Sauf qu’il n’a pas été livré avec le mode d’emploi. Sauf que Maman, seule à seule avec lui, se sent désemparée, incompétente : est-ce qu’il a faim ? Est-ce qu’il a mal ? Est-ce que je fais bien ? Sauf que Papa ne sait pas comment s’y prendre avec un bébé et une femme qui pleurent tous les deux ensemble. Sauf que dans tous les magazines vous avez vu de magnifiques photos de bébés souriants aux anges, dans les bras de leurs parents beaux à couper le souffle, visages attendris, attentifs, amoureux, affectueux et que si, vous, là, à l’instant T, on vous prenait en photo ce serait plutôt du genre les zombies arrivent et faites gaffe ils se sont reproduits. Sauf que vous vous sentez carrément seuls face à ce qui vous tombe dessus et ce malgré les innombrables conseils dont les uns et les autres ne manquent pas de vous abreuver. STOP ! PATIENCE… PATIENCE… Avoir un enfant est une aventure absolument incroyable, mais une Aventure avec un grand A : il y a et il y aura des hauts et des bas, on ne sait pas à l’avance ce que chaque jour nous apportera. Le temps est un allié précieux pour devenir parent. Et si on parlait allaitement ? Tout pareil que si on n’en parlait pas, avec, quand même, un « chouillat » de pression supplémentaire. Parce que dans une société qui incite à ce que tout soit cadré, parfait, nickel, dès le départ, le côté « non quantifiable » de l’allaitement pose souci. J’ai récemment rencontré un jeune bébé de 4 jours, pas un de plus. Bien sûr je ne l’ai pas croisé seul dans la rue (quoique parfois on peut se demander si certains ne rêveraient pas d’une telle autonomie…) Il était dans les bras attentionnés de sa maman qui avait très envie que son allaitement se passe au mieux. Bien naturelle cette envie. Bien naturelle aussi l’impatience que tout se passe immédiatement de façon paisible : l’ambiance quotidienne dans laquelle nous vivons nous pousse tellement vite vers l’avant ; pas une minute pour prendre le temps de souffler, de se découvrir, de se rencontrer. Rappelez-vous un certain renard qui demandait à un Petit Prince de l’apprivoiser : il ne me semble pas que cela se soit fait en un jour… Pour la mise en place de l’allaitement, c’est pareil. Il y aura des jours et des nuits plus faciles que d’autres. Il y aura peut-être les premiers jours de terribles doutes, des douleurs incompréhensibles dont il sera bon de chercher activement la cause, des tâtonnements pour trouver la position la plus confortable, des tétées agréables, d’autres plus sportives. Rien, absolument rien, n’est mathématique en matière d’allaitement. Ce petit bout de 4 jours n’a pas échappé à cette règle qui n’en est pas une : il a parfois fait mal à sa maman, il n’a pas réussi à être efficace dans sa tétée, il s’est retrouvé face à un sein engorgé difficile à attraper, il s’est réveillé très très fréquemment pour téter ; tout cela en moins d’une semaine. Et pourtant, il est absolument parfait ce bébé. Ses parents sont parfaits eux aussi. Ils sont parfaits les uns...

Lire Plus

Plasticité du cerveau de l’enfant

Publié par le Juil 10, 2017 dans Apprentissage, Parentalité, Quotidien, Twitter | Aucun commentaire

Plasticité du cerveau de l’enfant

Voici une vidéo super intéressante concernant la plasticité du cerveau de l’enfant. En la visionnant, je me suis dis que c’était une pure merveille, une magnifique opportunité de prendre la mesure de cette période et de notre rôle auprès des enfants. Sans être culpabilisant ou pesant, je trouve cela joyeux : juste passer du temps avec l’enfant et lui permettre de découvrir le monde, lui offrir notre présence et nous nourrir mutuellement car que c’est bon d’être au côté de ces petits êtres remplis de spontanéité et d’émerveillement.   Waou, moi cela me met en joie, et vous ?   Vous pouvez lire un article très intéressant sur le sujet ici   Je réserve ma séance personnelle offerte de 20...

Lire Plus

Messages encourageants écrits par une enseignante

Publié par le Juin 12, 2017 dans Apprentissage, Quotidien, Twitter | Aucun commentaire

Messages encourageants écrits par une enseignante

J’ai été particulièrement touchée en voyant les messages encourageants écrits par une enseignante québécoise à ses élèves. Imaginez-vous arrivés dans la classe et trouver sur vos pupitres ces mots d’encouragements bienveillants, soutenants, personnalisés, touchants… comment vous sentiriez-vous pour aborder une épreuve écrite ? Nathalie Lemay, institutrice québécoise a eu cette initiative magnifique et j’imagine à quel point cela a été aidant pour ses élèves… je serais curieuse de savoir si justement les enfants ont eu des résultats encore plus positifs. Ce qui est sûr c’est que je pressens que les élèves vont garder en mémoire ce geste toute leur vie et que cela représentera une ressource ultra puissante dans leur parcours et leur avenir !!   Je trouve cela magnifique, et vous ?   Je réserve ma séance personnelle offerte de 20 mn...

Lire Plus

Autisme, court métrage plein de poésie

Publié par le Mai 29, 2017 dans Parentalité, Quotidien, Twitter | Aucun commentaire

Autisme, court métrage plein de poésie

L’autisme, un sujet sensible ! Trop souvent incomprise, rejetée, stigmatisée, etc., il est souvent difficile pour la personne porteuse de cette différence et son entourage proche d’être intégrée dans la société. Il en va de même de beaucoup de différences, hélas… notre société a encore une belle marge de progression pour plus d’inclusion des différences ! J’ai été particulièrement touchée par ce court-métrage et je pense qu’il mérite d’être connu et partagé afin que le plus grand nombre puisse être informé et éduqué sur ce thème de société. Ce court métrage aborde de façon douce le quotidien des personnes touchées par ce sujet : aussi bien les enfants que leur entourage. Si seulement nous pouvions tous à notre échelle, à notre mesure, prendre conscience de cette réalité, sans doute que le quotidien des personnes touchées par cette différence et leur entourage serait plus agréable et nous pourrions nous enrichir tous mutuellement. La version originale est en anglais, je vous propose celle en français.   //www.youtube.com/watch?v=HyPVHdBunlw Et vous, qu’en pensez-vous...

Lire Plus